S'identifier

Pas encore membre de l'annuaire

S'inscrire

Créer votre compte et gérer votre fiche d'association dans l'annuaire

Gel des contrats aidés : mobilisation nationale et actions en région Centre-Val de Loire

actualité : Régionale
Mercredi 11 Octobre 2017
-A +A

Une décision sans concertation

En septembre 2017, le gouvernement a annoncé, sans préavis ni concertation, le gel des contrats aidés, avec l’évocation de compenser par des missions de services civiques. En parallèle, une baisse de l’aide des contrats aidés est annoncée pour les années à venir ainsi qu’une diminution des soutiens à la vie associative.

Cette décision brutale a des impacts négatifs sur nos territoires : baisse des activités, suppression d’emplois, incertitude sur l’avenir des structures, etc.

Le Mouvement associatif demande une réflexion de fond sur le soutien aux activités d’intérêt général porté par les associations.

>> Lire les réactions et prises de position publiques

Les actions à l'échelle nationale

  • Rencontre Associations / Etat

Les représentants du Mouvement associatif, d’associations et de fédérations d’associations ont rencontré, jeudi 9 novembre, le Premier Ministre, Édouard Philippe, ainsi que le ministre de l’éducation nationale, Jean-Michel Blanquer, et le ministre de la transition écologique et solidaire, Nicolas Hulot pour s'exprimer sur les enjeux de vie associative. C'est un premier pas vers le monde associatif. Nous attendons qu’il soit un premier acte pour l’engagement enfin d’une grande politique de promotion et de développement de la vie associative.

>> Lire le communiqué de presse du Mouvement Associatif

>> La revue de presse de la rencontre :

- Les Echos, "Les associations craignent une année "horribilis" en 2018", 09/11/2017
- La Croix, "Le gouvernement promeut une nouvelle stratégie pour les associations", 09/11/2017
- L'Humanité, "Solidarité. Pour les associations, une stratégie sans les sous", 10/11/2017

- Le relai de la rencontre sur les réseaux sociaux : fil twitter

  • La campagne de mobilisation  #DUTILITÉCITOYENNE

La campagne #DUTILITÉCITOYENNE lancée au niveau national, centrée sur les témoignages illustre l’utilité sociale des contrats aidés en réponse à l’approche uniquement comptable faite par le gouvernement.

Nous appelons chacun à prendre conscience de l’apport des activités associatives à notre quotidien, et à partager l’ambition d’une véritable politique de soutien aux actions au service de l’intérêt général.

>> Lire le communiqué de presse du Mouvement associatif

>> Suivre et participer à la campagne sur Twitter

Les actions en région Centre-Val de Loire

  • Les mobilisations

Le Mouvement associatif et les réseaux associatifs de la région se mobilisent dans les différents départements pour échanger avec les élus sur l’impact de ces mesures.

Dans le Loiret et le Loir-et-Cher, les échanges ont été constructifs et ont permis de faire remonter les problématiques de terrain, au-delà des réalités financières et de clarifier les a priori sur le sujet. Des évolutions positives sont attendues par le Mouvement associatif Centre–Val de Loire pour les personnes en emploi et toutes les associations de la région.

En Indre-et-Loire, la rencontre a permis de présenter la synthèse d’une enquête conduite notamment par la Ligue de l’Enseignement et ID 37 auprès d’associations locales pour mesurer l’impact du gel des contrats aidés sur l’activité associative et l’utilisation qu’en font les associations. Il en ressort un besoin de trouver des solutions pour pallier à la suppression brutale des CAE.

Le Mouvement Associatif salue la présence de Mme Thillaye, Députée, et M Babary, Sénateur, pour cette rencontre avec une dizaine d’associations locales venues exprimer leurs incompréhensions et inquiétudes. Alors que le recours aux contrats aidés a été incité par les pouvoirs Publics depuis de nombreuses années, nous ne comprenons pas aujourd’hui les raisons de cette remise en cause brutale.

M Chausson, directeur de l’association Courteline, a réagi à l’argument de l’Etat selon lequel ces emplois ne sont pas efficaces en indiquant que 95 % des CAE embauchés par la structure ont été pérennisés. M Poli, coordinateur de la Maison de la Loire, a évoqué l’utilité de la fiche projet qui accompagne le CAE, et le manque de suivi sur cet outil. « Sur quelle évaluation a été prise cette décision ? Et sur quoi repose cette affirmation d’inefficacité ? » s’interrogent les acteurs associatifs.

Les associations sont aujourd’hui dans l’incertitude pour l’avenir de leurs activités et dénoncent un manque de coordination.

Courteline emploie actuellement 28 personnes en CAE, et évoque une probable remise en cause de l’activité de l’association sans le personnel nécessaire au développement des activités ; inquiétude partagée par Mme Guillot de l’association Puzzle. M Genvrin, directeur du Village Vacances de la Saulaie, a évoqué sa crainte de la répercussion du manque de moyens sur l’augmentation du prix de son offre de service et par conséquence de la diminution de la capacité d’accueil. Mme Porteboeuf, association Les 3 casquettes, s’inquiète du manque de reconnaissance de l’Etat du travail réalisé par les associations sur le territoire qui répondent à une réalité qui est le retour à l’emploi notamment pour les personnes en situation de chômage de longue durée.

Ces échanges ont révélés un manque d’informations concrètes de l’Etat et une absence de continuité dans la mise en place des dispositifs. La volonté de discussion et d’échanges de la part des associations locales est forte.

Nous continuons nos actions, Le Mouvement Associatif et les réseaux associatifs, sur la proposition et l’appui des parlementaires présents, solliciteront très prochainement une rencontre avec Mme la Préfète et des représentants des associations pour une concertation à ce sujet.

échange avec le député M Ramos
Loiret, 06/10/2017
échange avec M Ramos,
député de la 6ème circonscription du Loiret
échange avec l'attaché parlementaire M Bachevillier
Loir-et-Cher, 06/10/2017 échange avec M Bachevillier, attaché parlementaire de M Fesneau (1ère circonscription)
échange en Indre-et-Loire
Indre-et-Loire, 17/11/2017 échange avec Mme Thillaye, députée et M Babary, sénateur

>> La revue de presse des mobilisations

- France Bleu Orléans, Info 07/10/2017
- La Nouvelle République, "Contrats aidés, toujours des inquiétudes", 10/10/2017
- La Nouvelle République, "Fin des contrats aidés, les associations aux abois", 21/11/2017

  • Le témoignage des assocaitions locales
Témoignage de David, Orléans

David Roquain, La Pétanque Argonnaise

Le responsable animation de la pétanque Argonnaise a exprimé son inquiétude sur le non-renouvellement des contrats aidés dans son association. Ces contrats, utilisés dans une logique d’insertion par l’emploi, sont très riches humainement, permettent d’accompagner les jeunes vers la pérennisation de l’emploi.

Selon Matthias, ancien salarié en contrat aidé, ce dispositif lui a permis d’ « apprendre à travailler, de grandir, de s’écarter de la rue ».

Deux contrats sont touchés par ce gel et un poste risque de disparaître. Comme l’indique David Roquain, « Si l’aide s’arrête, autant nous pouvons arrêter l’humain mais il est plus compliqué d’arrêter les activités».

L’association a des engagements envers les établissements scolaires pour effectuer de l’animation sur le temps scolaire et périscolaire. Aujourd’hui, c’est toute la partie accompagnement socio-éducative qui est suspendue (accueil de personnes dans le cadre de travaux d’intérêts généraux, activités pendant les vacances scolaires…).

Selon lui, il y a un besoin d’accompagnement dans la pérennisation de ces emplois. Ce travail doit être mené en commun, entre les associations et les services de l’Etat.

Écoutez le témoignage de Mathias, ancien salarié de l'association, diffusé sur France Bleu Orléans le 07 octobre 2017 >> j'écoute <<

Témoignage de Sandrine, Orléans

Sandrine Vernier, association Les jardins bilingues

Début Septembre, le contrat de Sandrine, chargée de développement de l’association Les Jardins Bilingues depuis 1 an, n’est pas renouvelé. La présidente ne peut pas reconduire son contrat, le code NAF de l’association n’étant pas considéré comme un secteur prioritaire pour la reconduction des contrats aidés. Sandrine, engagée, continue ses actions hors contrat mais s’inquiète de l’avenir des activités si une solution n’est pas trouvée pour débloquer cette situation. « Qui pourra prendre en charge la recherche de financement, la permanence téléphonique, la coordination, le développement des activités ? ». Seule salariée à temps régulier, ce poste lui a permis de reprendre une activité, de trouver un équilibre de vie et de valoriser ses compétences par l’expérience professionnelle.

Le Mouvement associatif Centre-Val de Loire écoute vos témoignages, suivez le lien.

share

Dans la même catégorie

Contrat de Plan Etat-Région 2014-2020 : les contributions de l'économie sociale et solidaire

actualité : Régionale
27/02/2014
Les contrats de plan sont l’outil privilégié de la relation contractuelle entre l’État et la Région. Ils traduisent les priorités partagées par l’État, la Région et les autres...

Note d'orientation du Fonds pour le développement de la vie associative (FDVA)

actualité : Régionale
10/02/2016
Les crédits déconcentrés du Fonds pour le développement de la vie associative (FDVA) sont principalement destinés à financer des actions de formations de bénévoles. Les objectifs sont de...